marche ou pillage, quel est le point fort des « Bouakois » ?

En ce qui concerne les marches de protestation et soulèvements pacifiques en  côte d’Ivoire, la ville de Bouaké, deuxième grande ville au centre, a toujours eu sa manière particulière de terminer les choses en beauté. En ce jour du 22 juillet 2016 vient d’avoir lieu une fois de plus encore un pillage civil généralisé qui a touché presque la quasi totalité des domaines publics et ainsi quelques biens privés de la commune.

cause du pillage

A l’origine du grand pillage était prévue une marche de protestation des habitants de Bouaké contre l’excès de facture qui a été imposé à tous les consommateurs électricité de Côte d’Ivoire par la CIE (compagnie ivoirienne d’électricité). Si cette incompréhension de sur-facturation en ce seul mois de juillet a amené les manifestants à avoir l’idée d’une manifestation contre la seule compagnie gestionnaire de la distribution d’électricité et bien toutefois ils ne se sont pas arrêtés seulement qu’à l’extérieur pour contempler la couleur orange du bâtiment, ils s’y sont plutôt introduits pour y emporter tout ce qu’il y avait comme matériel important.

La CIE ciblée, mais pas seulement…

La CIE a bel et bien payé de lourds prix dans la marche du 22 juillet 2016, mais pas seulement qu’elle. Après avoir eu plaisir à saccager l’enceinte de la CIE à Bouaké, c’était au tour de presque toutes les grandes structures représentatives de l’administration ivoirienne telles que la mairie,la préfecture de police et le commissariat central de Bouaké et ajouter à cela des bâtiments d’entreprises privées comme NSIA. Les effets de ce virus du pillage ont même envoyé des manifestants dans le domicile du maire de Bouaké, monsieur Djibo Nicolas, ou ils ont même emporté sa photo personnelle qui se trouvait accrochée chez lui, raconte un habitant de Bouaké.

Marche se terminant en pillage, un phénomène propre à Bouaké?

Les soulèvements populaires qui se transforment en pillage des biens publics ou privés, sont des événements qui arrivent très souvent dans les grandes villes ivoiriennes et pas seulement qu’à Bouaké. Cependant le cas de la ville de Bouaké est inquiétant et exceptionnel vu la récurrence et la spontanéité par lesquelles les choses tournent très rapidement au vinaigre.Le pillage du 22 juillet n’est pas le premier cas de figure, dans le passé c’est-à-dire lors des processus de normalisation après la crise post-électorale ivoirienne, la préfecture de Bouaké ainsi que d’autres bâtiments administratifs et domiciles de cadres politiques de l’ancienne « vallée du Bandaman » ont été sujet à des pillages. Mais avant cela, certains habitants de Bouaké semblent s’être habitués à ce comportement de « vol » lors de la rébellion qui leur avait donné libre chemin au pillage de la BCEAO en passant par toutes infrastructures, qui accordait à la ville de Bouaké toutes ces qualités de deuxième ville économique de la Côte d’Ivoire.

« oui ya eu pillage, mais c’est pas tout le monde. ce sont des voleurs qui ont fait »

Bien qu’il se soit déroulé à Bouaké, ce pillage ne dit en aucun cas être un moyen d’accuser tous les manifestants du 22 juille, selon les internautes. Comme pour juger les vrais auteurs de pillage, les internautes de Bouaké s’insurgent en dénonçant cet « acte inconscient et de vol » selon un facebooker bouakois, s’interrogeant sur l’agissement de manifestants pilleurs, un autre utilisateur de facebook fait un post illustré comme suit:  » la CIE a quoi à avoir avec NSIA? ». c’est là l’une des questions que des internautes de Bouaké se sont posés avec étonnement. Pendant que les interrogations surgissent dans des publications, d’autres internautes pensaient plutôt aux conséquences que ce grand pillage entrainerait. les phrases comme : » la préfecture de police nous sert à tous. ou est ce qu’on ira faire nos papiers maintenant. » ne manquaient pas. Surtout de façon générale, c’est l’inquiétude sur le développement de la ville qui se laissait remarquer, comme quoi « ce sont ces genres de comportements qui font que Bouaké est toujours en retard ».

Publicités